Jour 8 : de Vrouwenpolder à Hoek Van Holland

Aujourd'hui ce sera une longue étape d'après la carte et je ne me serai pas trompé.

Je doit traverser 3 îles et presqu'îles pour rejoindre le nord de la hollande. Si je réussi cette étape, je pourrai peut être rejoindre Amsterdam le lendemain.

La route promet d'être dur parce que je doit emprunter de grands pont qui traversent la mer et le vent risque d'y être très fort. La journée sera plus favorable que je ne le pensais. Le vent, contrairement à la veille est dans mon dos. Si bien que j'arrive à atteindre sans mal 25 km/h.

Je franchis donc rapidement les premières portions de route sur la mer. L'iode est toujours là, m'accompagnant presque. Arrivé sur l'île de la région de Shouwen, la LF1 reprend le chemin des dunes. Les dénivelés seront bien plus importants que la veille mais semblent toutefois plus souvent jouer en ma faveur.

Un vélo dans les dunes de Hollande

Je croise sur la piste un troupeau de ponneys. Je m'arrête pour les carresser. Ils semblent complètement vidé de toute énergie et ne réagissent même pas quand je m'approche d'eux.

Des ponneys sur la piste

Par jeu, je vais chercher du pain dans une de mes saccoches. Mauvaise idée ! Si tôt le paquet en plastique manipulé j'entend des bruits de sabôts derrière mois. Je me rend vite compte de la situation et referme la sacoche.

Trop tard, je suis déjà encerclé par le troupeau qui s'intéresse au vélo. Amusé et sachant la nourriture en sécurité, je m'écarte pour prendre une photo. Mais une des créatures déséquilibre le vélo qui bascule et s'écrase piteusement sur le sol. Cela fera fuir les ponneys.

Je reprend donc mon vélo et repart tranquillement. À quelques dizaines de km de là j'atteint Goedereede, ville que j'attend avec impatience puisqu'un clocher s'y dresse fièrement. Peut être pourrai-je y faire le plein d'eau ? Quand je rentre dans la ville, les cloches se mettent à sonner. Beaucoup trop pour l'heure qu'il est…

« Oh non, pas encore ! ». Et oui, effectivement il y avait encore un marriage. De toute façon, en faisant le tour de l'église je ne vois aucun cimetière, ni robinet.

Je reprend donc mon chemin dans Goedereede. Ce village est très joli, ses rues pavées sont étroites et mènent à une place près du canal, très pittoresques.

Je roule et roule sans m'arrêter jusqu'à l'europort au sud de Den Hagg. Le port est un vaste chantier où on croise Camion, grues gigantesques et usines de pétrochimie. Le coin est arride, plein de sable et laid. Ça tranche vraiment avec le coin plein de verdure et de vie quelques km plus tôt.

Pétrochimie dans l'europort

Mais la LF1 est toujours là ! Elle me conduit au centre du port où je manque de peu le ferry. Celui-ci doit m'ammener à Hoek Van Holland où se trouve un camping.

En attendant le ferry, je discuterai avec des hollandais en vacances et qui comme moi, voyagent à vélo. Je leur expliquerai mon voyage et la grande différence de culture entre la France et la Hollande en matière de vélo. Le ferry arrivera 30 minutes plus tard pour me déposer à ma destination finale de ce jour.

Trajet (104,25 km)