Jour 1 : de Colembert à Eperlecques

Il est 16h, je pars à peine de colembert. J'ai voulu éviter de me retrouver par hasard sur une des nationales qui entoure Boulogne-sur-mer. C'est pourquoi je suis partis de plus loin. Je ne me fais pas confiance on dirait.

Après avoir dépassé un patelin je prie pour que la nationale que je vois au loin ne soit pas ma direction. Heureusement non, ma direction, c'est la pente raide à l'opposé. Des côtes j'en ai avalé mais celle là je ne la ferai pas à vélo. Et j'ai bien fais, parce que celle-ci s'étend sur plus d'1 km.

Il fait un soleil splendide, ça tape, un jour à faire un malaise vagal. Alors je m'arrête régulièrement pour boire à l'ombre. J'espère que mes 2 gourdes vont tenir. Heureusement il y a les cimetières. Je m'arrête dans celui de Zouafques pour voler un peu du précieux liquide. Certains diront que la chrétienté à du bon…

Je continue à mon rythme. Manque de pot, entre Muncq-Nieurlet et Ruminghem un pont coupé m'oblige à suivre une déviation. Une montée interminable s'offre à moi toujours sous le soleil lourd. Au bout c'est plat et c'est dans la forêt : le bonheur après le supplice. Puis ça redescend pour remonter de plus belle, au soleil et cette fois-ci sans aucun endroit où s'abriter. En haut un panneau « Camping » pointe son nez. Mon objectif était Watten mais ce n'est pas grave, ce sera mon dernier arrêt pour ce soir.

Il est 19h quand je déploie ma tente. En regardant la carte je m'aperçois que la déviation m'a ramené du coté d'Eperlecques, un peu trop au sud. Mais il n'y a pas que ça ! Sur la carte, il y a marqué en gros « Collines » sur le trajet que j'ai pris aujourd'hui : j'ai mal au jambes…

Premier déploiement de tente

Trajet